MENU

Suivez-nous

On a interviewé le jeune et talentueux Damlif !

le 19 novembre 2018

On a interviewé le jeune et talentueux Damlif !

On a discuté avec le rappeur Damlif qui vient de sortir son nouveau projet : I, Who Dreamed. Une bulle de douceur, mêlant technique et poésie. Bien qu’il soit peu connu, Dan ne manque pas de talent ! C’est ainsi qu’il nous a séduits de sa plume. Et pour cause, rien n’est superflu, le projet est finement brodé, tant sur le fond que sur la forme.

INTERVIEW

Qu’est-ce qui t’a amené à commencer le rap ?

J’écoute Solaar et Gyneco depuis mon tout premier MP3, dans mon esprit ils n’étaient que deux chanteurs au même titre que Renaud et Couture, et je n’ai jamais eu envie d’être chanteur. Je n’étais pas conscient d’être exposé au monde du rap, et je me suis rendu compte de son potentiel en termes d’écriture seulement en fin troisième, quand mon pote m’a fait découvrir Guizmo et Deen. Je me suis dit « mince, Solaar c’est très différent de Renaud en fait ». C’est ainsi que j’ai commencé à écrire, et c’était très mauvais.

Quelles sont tes influences dans le rap ?

Je sais pas. J’ai commencé à en écouter quand j’ai commencé à écrire donc je n’ai jamais eu le temps de me fonder une base d’influences. Je dirais que ce qui m’a influencé ces derniers temps c’est la tendance des rappeurs qui appartenaient au mouvement « rap hyper technique », qui était le plus hype à l’époque. Privilégier le fond en acceptant la rime pauvre lorsque elle est la meilleure façon de transmettre une idée. Ça fait plaisir d’entendre une phase très poétique avec une rime en ‘é’ au milieu d’un schéma riche.

De quoi parle ton projet ?

J’ai écrit ‘I, who dreamed’ sur une période assez courte, une dizaine de morceaux en 3 ou 4 mois, et je n’ai fait que ça. Je suis rentré dans un genre de « phase de création ». Je me suis concentré sur ce que je ressentais en créant, pour transmettre toutes les émotions que mon cerveau en phase artistique pouvait ressentir. Donc en effet il y a une sorte de boucle : j’écris, je pense à ce que je ressens pendant et entre l’écriture, et ça m’inspire pour écrire la suite. Dans la 5e piste je parle de l’ennui, dans la 7e de la perte d’espoir et dans la seconde de l’excès de confiance.

Il y a quoi de prévu pour la suite ?

D’abord clipper les sons de ce projet, je tiens vraiment à le faire vivre. Ensuite, j’ai 3 morceaux de prêt que j’aimerais sortir, puis on commence à travailler sur un projet de 10 ou 12 titres avec mon pote Foko qui compose follement bien et avec qui j’ai toujours collaboré. Ça peut arriver dans 6 mois comme dans 2 ans, en attendant il y aura des EP.

Une petite anecdote à nous raconter au sujet du projet ?

IWD était bouclé dans ma tête, j’avais retenu 7 morceaux et la cinquième piste s’appelait ‘Racial Slurs’, le titre explique bien le thème et le contenu. Une ou deux semaines avant les premières sessions de studio je me suis rendu compte que j’assumais pas de sortir un morceau si sérieux, alors j’ai demandé à Foko de me refaire une prod dans les plus brefs délais et je me suis mis à écrire. Ça a donné ‘L’air danse’ que j’ai fini d’écrire dans le métro en allant au studio.

Si tu avais l’opportunité de faire un featuring avec le rappeur de ton choix, ce serait qui ?

Je pense que j’en profiterais pour passer un peu de temps en stud avec un auteur / compositeur / ingénieur du son. Donc je pense à Krisy, JeanJass, puis aux US avec des gars comme Action Bronson, Madlib et Lord Quas, même Dre t’sais quoi. Des artistes qui peuvent te transmettre un savoir incroyable. Mais d’un point de vue marketing ce serait con de ne pas choisir Kendrick histoire de percer vite fait.

Tu écoutes quoi en ce moment ?

Negro Swan de Blood Orange, de la pop/alternative anglaise, c’est son meilleur album je trouve qu’il est incroyable. Aussi, Shiroi de Mansur Brown, un guitariste que j’ai découvert avec le groupe Tri-force sur le projet de jazz londonien ‘We Out Here’. Et puis les deux albums des Jazz Liberatorz qui sont tous deux bien trop peu connus des amateurs de rap. Mention spéciale au single Topdown de Channel Tres !

Un message à faire passer ?

J’offre 200e à celui qui me fait passer chez Le Règlement.

Cimer!

 

Découvrez en plus sur :
Facebook
Instagram
Youtube
Spotify