MENU

Suivez-nous

Rencontre avec Pessa’h, le photographe qu’il ne faut pas manquer !

le 31 octobre 2018

Rencontre avec Pessa’h, le photographe qu’il ne faut pas manquer !

La photographie est un art qui nécessite des compétences et beaucoup de talent. Il est évident que Pessa’h n’en manque pas !

Pascal connu pour sa page « Pessa’h photography » fait vivre les images à travers des clichés sombres et futuristes. En jouant sur les contrastes et sur les lumières il parvient à nous époustoufler avec une simple rue. Il dispose d’un certain penchant pour les paysages urbains et notamment Parisiens. Pessa’h nous émerveille avec des photos reflétant toute la beauté de la capitale.

Son compte Instagram nous ayant vite séduit, nous sommes partis à la rencontre de ce jeune artiste Parisien !

 

 

Depuis combien de temps fais-tu ça ?

Alors j’ai commencé la photo au début avec mon smartphone, ça doit faire 3 ans et ça fait 2 ans maintenant que je fais ça avec mon Nikon d3300 qu’on m’a offert lors de mes 27 ans.

Qu’est ce qui t’a poussé à commencer la photographie?

Alors ce qui m’a poussé c’est les photos d’Instagram et d’autres plateformes prises par des photographes dans les 4 coins du monde, d’un moment, d’un souvenir…immortalisés grâce à une photo. j’ai trouvé ça énorme parce que les photos racontent une histoire et immortalisent un moment, on ne peut pas revenir en arrière. Donc au début je prenais des photos avec mon smartphone mais ça ne me suffisait pas.. Je voulais une meilleure qualité d’image et j’ai eu de la chance mes amis m’ont offert un appareil !

Quelles difficultés as-tu rencontrées ?

Quand tu commence à faire de la photo, tu ne connais rien sur ton appareil et sur le style de photos vers lequel tu t’orientes, idem sur les termes de photographes (matériel, vocabulaire..) donc je ne savais pas encore ou j’allais. Je faisais ça sans buts précis afin de trouver mon style. L’intégration dans le monde de la photographie a été l’une des choses les plus dures pour moi. Et encore aujourd’hui je me considère comme « en apprentissage » mais un peu moins perdu qu’à mes débuts

Comment définirais-tu ton univers ?

Je le décrirais comme un peu sombre avec des fortes couleurs, j’ai pris l’habitude de prendre des photos la nuit car pour moi l’univers est bien plus présent et les couleurs brillent et ressortent encore mieux . Après j’essaye de faire quelques photos pendant la journée mais mon terrain de jeu commence quand le soleil se couche. Parce que je cherche toujours à dégager une certaine ambiance sur mes photos.

 Quelles sont tes sources d’inspirations ?

Alors mes sources d’inspirations je dirais le compte @moodygrams qui est très influent sur mon travail. Que ça soit durant l’édition de ma photo (post-prod) ou lorsque je choisis le type de de photo que je prends (photo de rue, portrait, nature, urbex..) ensuite je dirais les comptes @ig.tones, @ournaturedays et @ourportraitsdays ce sont des comptes que je consulte presque tous les jours qui m’inspirent et s’approchent de ce que je fais. Après je rajoute ma sauce perso pour finaliser mon travail.

Des artistes à recommander ?

Oui bien sur je vais commencer par @black_bile et @pierre_dimech qui sont des personnes avec lesquelles j’ai travaillé à mes débuts et que je considère comme de bons amis. Ils ont un style assez similaire, c’est à dire qu’ils prennent des photos de leur voyage et un peu de la nature. Ensuite il y a @imzefyr qui est photographe et graphiste à la fois, cet artiste est orienté vers l’urbex et m’a fait découvrir ce côté de la photo. On est souvent partis à la découverte de bâtiments abandonnés et il a un esprit très créatif qui m’impressionne ! C’est toujours un plaisir de l’avoir lors de mes sorties photos et je le considère comme un bon ami aussi. Et pour finir il y a @georgesarmando qui est l’un photographe les plus talentueux avec lequel j’ai pu travailler. Il m’a appris à être patient pour avoir le résultat que l’on souhaite et d’autres ficelles, c’est toujours un plaisir de travailler avec lui, c’est un bon ami.

As-tu un message à nous faire passer ?

Si je retourne 5ans en arrière je n’aurais jamais cru pouvoir en arriver là, et je veux tellement plus, je suis encore loin de ce que je veux accomplir. Pour y arriver il faut travailler encore et encore jusqu’à ce que je sois pleinement satisfait. Je dirais que si vous faites quelque chose qui vous tient à cœur n’hésitez pas et foncez le chemin sera long mais vous êtes sur la bonne route. Juste croyez en ce que vous faites parce que si vous le faites pas personne le fera.
Et mercé à l’équipe de Cimer pour cette interview !